All for Joomla All for Webmasters

Le Pape Saint X a approuvé, le 18 juillet 1904, une présentation des Oblats qui n’a pas perdu son actualité : « Un Oblat est un fidèle vivant dans le monde et qui, poussé par le désir d’une plus grande perfection et par une affection spéciale envers le Patriarche des Moines et de son Ordre, s’offre à Dieu, à Notre Seigneur, à la Sainte Vierge et à Saint Benoît, et s’attache à un monastère et à sa communauté dans le but de mener une vie parfaite, selon l’esprit du saint législateur, de participer aux biens spirituels de l’Ordre et aux grâces spéciales concédées par l’Eglise aux Oblats, afin de promouvoir, selon ses forces, le bien du monastère où il est inscrit et de tout l’Ordre. »

Le mot oblature, dérivé de « Oblat » (en latin oblatus), signifie l'acte d'offrir, et plus précisément de s’offrir à Dieu.

C’est Dom Guéranger (1805-1875), restaurateur de Solesmes qui a voulu raviver cette vénérable pratique de l’oblature tout en rappelant ses éléments. Il a lui-même accueilli la promesse de la première des Oblates de Saint-Pierre de Solesmes, Cécile Guépin, le 29 janvier 1868. Le fichier dépasse aujourd’hui 1700 noms et les demandes d’admission se multiplient.

Un « Oblat » est donc avant tout un chrétien qui s’offre à Dieu, dans le prolongement de son baptême, mais en se mettant à « l’Ecole du service du Seigneur », selon la Règle de Saint Benoît, s’unissant spirituellement à un monastère, tout en vivant dans le monde, d’où le nom "d’oblat séculier ". Il diffère en cela de l’Oblat « régulier » qui est appelé à vivre au sein d’une communauté monastique.

L’oblature bénédictine, notamment selon sa forme « séculière », ne comporte pas de vœux de religion, mais elle engage par une promesse émise devant Dieu; sur un chemin de conversion personnelle et d’offrande permanente à Dieu, qui est la « voie des béatitudes évangéliques. »